Vous êtes ici : Accueil > Le Centre > Le Centre CEA de Marcoule

Le Centre CEA de Marcoule

​​​Au sein de la région Occitanie, première région française pour la Recherche, Marcoule et ses chercheurs constituent un pôle d'excellence de r​ang mondial.​
Publié le 17 septembre 2020

L'acteur majeur du site de Marcoule


​Fort de plus de soixante ans d'une implantation en terre gardoise et drômoise au service de la Défense puis de l'industrie nucléaire nationale, le centre de la Direction de l'énergie nucléaire du CEA à Marcoule réunit quelque 1500 collaborateurs.

Les équipes s'investissent quotidiennement dans le soutien à l'industrie nucléaire actuelle et mènent une R&D ambitieuse pour le cycle du combustible nucléaire actuel et de 4ème génération. Le CEA mène également à Marcoule de grands chantiers d'assainissement-démantèlement. Par ses liens avec le tissu économique local, Marcoule s'intègre résolument au coeur de son territoire, au sein de la région Occitanie.

Le CEA Marcoule est au coeur des enjeux énergétiques du XXIe siècle :

économie circulaire 
et prése​rvation de l’environnement. ​​



LE CEA Marcoule RASSEMBLE aujourd'hui...​

Marcoule, 1er site
scientifique et industriel
du Gard

Outre le CEA et ses activités de R&D sur le cycle du combustible et de pilotage du démantèlement, le site abrite ORANO MELOX (combustible MOX), CYCLIFE (traitement de déchets), et STERIS (stérilisation industrielle). Sous-traitants compris, Marcoule réunit 5000 salariés.


Des scientifiques qui apportent leur expertise à l'industrie nucléaire française du cycle du combustible, pour relever les challenges actuels et préparer ceux de demain.

Des équipes en économie circulaire (ressouces naturelles, matières et matériaux) pour les énergies bas carbone, au service de la transition énergétique engagée par la France.

> Une expertise scientifique internationalement reconnue, au service de l'économie circulaire des énergies bas carbone

Berceau de la filière électronucléaire française, Marcoule est aujourd'hui le centre de référence du CEA en recherche et développement pour une économie circulaire des énergies bas carbone. Son expertise se fonde sur le savoir-faire d'abord développé pour l'industrie française du cycle du combustible nucléaire (enrichissement, traitement, recyclage, gestion des déchets). S'y ajoute désormais une vision des enjeux de durabilité des ressources et matières nécessaires à une transition énergétique décarbonée de nos sociétés. Depuis la recherche fondamentale jusqu'aux solutions industrielles, l'ambition est celle d'un positionnement sur l'ensemble des chaînes de valeur : moyens de production (nucléaire, éolien, solaire…), de stockage (batteries, hydrogène…) et d'usage (industrie, mobilité…).

Cette ambition repose sur l'intégration de procédés durables, du concept à la démonstration, porté par de la modélisation et de la simulation, et accompagnée par des évaluations environnementales et technico-économiques en adéquation avec les besoins industriels.

L'ensemble des équipes de recherche mobilisées par ces questions est réuni au sein d'un Institut des sciences et technologies pour une économie circulaire des énergies bas carbone (ISEC), créé en 2020 et rassemblant plus de 500 spécialistes, ingénieurs et techniciens. L'institut propose 7 plateformes à ses clients industriels : 1 plateforme immatérielle orientée vers l'ingénierie des systèmes et business model durables, 5 plateformes dédiées aux finalités et usages industriels,1 plateforme pour les procédés et équipements.



> Le pilotage des plus grands chantiers d'assainissement-démantèlement d'Europe

Parallèlement à ses activités de recherche, le CEA assure le pilotage de plusieurs chantiers majeurs d'assainissement et de démantèlement, sur les installations nucléaires les plus anciennes du site.
A Marcoule, 6 réacteurs nucléaires définitivement arrêtés sont ainsi en cours de démantèlement ou en voie de l'être, ainsi que la première usine française de retraitement du combustible. L'ensemble constitue un vaste programme industriel, mené avec pour priorité la réduction du risque radiologique résiduel dans ces installations complexes et d'une grande diversité.

Ces opérations, qui mobilisent très largement le tissu des entreprises locales et régionales, font par ailleurs appel à de nombreuses disciplines de pointe : simulation, réalité virtuelle, robotique, chimie très avancée…. Elles contribuent au développement d'innovations et de méthodologies d'intervention indispensables au bon avancement de ces projets : connaissance de l'état radiologique avant intervention, mesure et analyses, téléopération, procédés de décontamination et de dépollution. Cette activité a permis le développement d'un savoir-faire unique et valorisable, également en lien avec les enjeux de l'économie circulaire.

... Des spécialistes qui font avancer les grands chantiers de démantèlement des installations nucléaires les plus anciennes du site.​​




Le savoir-faire et les compétences des équipes de Marcoule sont le reflet d’un demi-siècle des grandes premièr​es scientifiques et technologiques de la filière nucléaire française.​​ Elles sont aussi un vivier de nouveaux d'innovations et de technologies pour l'énergie, la chimie verte et l'environne​ment.​
​Pour en savoir plus, consultez no​s pages activités​​.​DL_dirucap20110829_007.jpg

De la recherche fondamentale à Marcoule

Le centre accueille deux structures de recherche fondamentale : l'Institut de chimie séparative de Marcoule (ICSM) qui est une Unité mixte de recherche, et des biologistes de l'Institut du Biosciences et Biotechnologies (BIAM).

 

> Sciences du vivant : détection et diagnostic médical

L'institut des sciences du vivant Frédéric Joliot du CEA dispose à Marcoule d'un laboratoire d'innovations technologiques pour la détection et le diagnostic (LI2D). Celui-ci a pour mission le développement de méthodologies et technologies pour la détection d'agents pathogènes ou toxiques présents dans l'environnement ou dans des échantillons ou tissus biologiques, et la découverte et la validation de biomarqueurs pour le diagnostic. L'ensemble de ces travaux a pour finalité de soutenir le tissu industriel régional et national en favorisant le transfert des innovations et des réactifs. Le laboratoire est notamment très impliqué dans les recherches menées sur le virus COVID19.

> L'enseignement et la formation

Le CEA Marcoule accueille une antenne de l'Institut National des Sciences et Techniques Nucléaires, pour assurer la formation initiale ou continue pour les métiers du nucléaire. En lien avec les universités et grandes écoles régionales ou nationales, le centre dispense ainsi chaque année plus d'un millier d'heures de formation. Le site de Marcoule accueille par ailleurs une centaine d'étudiants dans le cadre de la formation par la recherche (doctorats et post-doctorats, stagiaires…).

 

> L'intégration régionale

Par son expertise scientifique, le CEA Marcoule est un acteur reconnu au sein de la sphère académique régionale. Membre de MUSE (« Montpellier Université d'Excellence), il entretient par ailleurs des liens continus avec l'Université de Nîmes. Par sa recherche et développement transférable, il est également un atout pour le développement économique du territoire. En cohérence avec son positionnement au service d'une économie circulaire des énergies bas carbone, il est membre fondateur de la Cleantech Vallée gardoise (CTV).

Un acteur économique de premier plan en région Occitanie

Par ses liens avec le tissu économique local, Marcoule s'intègre résolument au coeur de son territoire. Le centre injecte annuellement 300 millions d'euros dans l'économie locale.


​​




Haut de page